>
Association Française des Personnels
d
'Entretien des Terrains de Golf
L'AGREF Services Publications Formation Salon Environnement
Charte / Mode Emploi / Cahier Phytosan. / Bilan Gestion Eau / Liens Eau utiles
 
NOTICES EXPLICATIVES
Bilan Gestion de l'Eau  


Coordonnées complètes du golf :
Superficies des différentes zones du golf
Il ne faut pas hésiter à compléter cette rubrique : par exemple si des zones annexes sont ou vont être arrosées ne sont pas mentionnées, terrain de sport (football, rugby, tennis etc.), pistes cavalières…

Zones arrosées :
Cette rubrique concerne par quinzaine les mois de juin, juillet et août car ce sont les mois critiques qui correspondent souvent aux périodes de restriction. Cela permet de vérifier rapidement le respect des restrictions en rapprochant les zones arrosées avec les quantités d'eau consommées mensuellement.

Volumes d'eau consommée :
C'est le suivi mensuel de votre consommation d'eau.

Pluviométrie annuelle :
C'est une donnée qui semble peu intéressante de prime abord mais qui permet de détecter les sites qui sont soumis à des particularités météorologiques locales. Des golfs voisins ont parfois des pluviométries sensiblement différentes.

Consommation annuelle totale :
C'est la somme des consommations mensuelles.

La provenance de l'eau :
Eau recyclée et la norme qui s'applique avec le type de station en fonctionnement (station d'épuration communale, spécifique au golf, de retraitement industrielle etc.).
Eau potable : la charte prévoit un audit de l'ensemble des golfs qui utilisent principalement ou uniquement de l'eau potable dans les 3 prochaines années avec pour objectif global de 30% de réduction de consommation. Il faut essayer de savoir quelle proportion représente l'eau potable dans le cas ou cela est une de vos sources d'approvisionnement.
Forage(s) : il faut mentionner dans ce cas le nombre d'ouvrages et leurs débits nominaux. Les services de l'eau apprécient, par ailleurs, qu'on leur communique les tableaux de suivi des niveaux piézométriques et
Réseau public : si vous êtes raccordés ou non à un réseau d'eau public, la pression et le diamètre de la conduite de raccordement
Cours d'eau ou fleuve : si vous prélevés l'eau à partir d'un cours d'eau, d'une rivière ou d'un fleuve. Précisez le nom du cours d'eau et le débit prélevé.
Autre : cette rubrique concerne l'ensemble des autres sources d'approvisionnement en eau d'irrigation du golf.

Le stockage des ressources :
Prise directe sur le réseau d'alimentation
Retenue d'eau artificielle
Retenue d'eau naturelle
Dans les cas de retenues d'eau artificielles, il sera important de savoir qu'elle est la date de création de la retenue d'eau.

Dans les deux rubriques précédentes : il est important de préciser s'il existe un lien proche ou éloigné avec une zone humide pour la ressource et le stockage de l'eau.

Employez-vous des outils précis afin d'économiser l'eau ?

Système de gestion centralisé : cela concerne les systèmes de pilotage hydraulique, électromécanique, informatique. Il est utile de préciser le type et le modèle du système.
Station agrométéorologique sur site : précisez s'il elle est couplée à votre système de gestion centralisé
Relevé météo : on vous demande de préciser l'organisme ou la source : cela peut être un golf voisin équipé d'une station agrométéorologique
Pluviométrie : pluviomètre simple ou combiné à votre système de gestion centralisé
ETP : est ce que votre système de gestion centralisé est couplé à votre sonde, précisez l'organisme ou la source de vos données.
Sonde pour taux d'humidité du sol : précisez s'il elle est couplée à votre système de gestion centralisé
Syringe : utilisez vous cette technique pour thermoréguler vos green en période très chaude
Arrosage manuel localisé : il est important de préciser si vous utilisez beaucoup cette méthode.
Autre : Cela concerne tous les outils qui vous permettent d'économiser de l'eau.

Avez-vous déjà engagé des actions pour :
Avez-vous à l'avenir des projets pour :

Pour ces rubriques, il est important de préciser chaque année l'état du système d'arrosage du site. Il vous est demandé dans un premier temps de précisez si vous avez déjà engagé des actions puis si vous avez des projets.
Tous les documents, études, audit, devis, factures d'opérations de maintenance, de rénovation ou de réparation, vous permettront de confirmer et prouver votre volonté de gérer vos ressources en eau et son utilisation. Nous vous conseillons de conserver les documents afférents à l'arrosage dans un dossier que vous actualiserez régulièrement.

Si vous n'avez pas engagé d'actions, on vous invitera à le faire. Si vous avez à l'avenir des projets, vous devez renseigner le délai de réalisation : si les projets ne sont pas réalisés dans ce délai, les administrations compétentes vous demanderont de préciser les raison de non réalisation afin de vérifier votre bonne foi.

Une gestion plus fine de la consommation d'eau : cela peut être l'installation d'un système de gestion centralisé, un upgrade de votre système actuel, une optimisation de la gestion de votre système existant, la pose de sondes, d'une station agrométéorologique, d'un débitmètre numérique etc. Il ne faut pas confondre cependant les opérations " normales " de maintenance avec une action d'optimisation.
Une amélioration de la répartition des apports d'eau : cela concerne en priorité les implantation d'arroseurs, avec des buses en bonne état et une pression de fonctionnement vérifiée adéquate, une station de surpression bien régulée etc.
Une rénovation du système d'arrosage existant : cela concerne les rénovations qui apportent une réelle amélioration.
Une augmentation des réserves ou retenues d'eau : dans certains cas, les administrations sont généralement informées de ces ouvrages ; elles font partie de la chaîne des organismes qui délivrent les autorisations de réalisations de travaux.
L'utilisation de graminées plus adaptées : il s'agit dans cette rubrique de préciser les surfaces concernées par les méthodes et les moyens employés.
Une valorisation des ressources d'eau présentes sur le site : cela concerne les projets de récupération des eaux de pluies par exemple, de captage des eaux de ruissellement, de récupération des eaux de drainage en vue d'une ré utilisation pour l'irrigation, etc.
Un recyclage interne des eaux usées : ces projets sont soumis à des normes strictes et des agréments par des organismes certifiés. Il est important de posséder les attestations et les normes utilisées.
Autres : vous pouvez préciser dans cette rubrique si le golf est certifié par la norme ISO 14001 par exemple ou tout autre validation reconnue liée à la bonne gestion de l'eau et le respect de l'environnement.

En conclusion, ce document doit confirmer la prise de conscience de la nécessité de la bonne gestion de la ressource en eau et la volonté de mettre les moyens en œuvre pour l'économiser.

Le suivi de ce document et la collaboration avec les services locaux de gestion de l'eau permettent, dans le nouveau cadre de la Charte Nationale, de faire bénéficier les structures golfiques d'aide financières pour l'ensemble des projets qui permettront de réduire mieux utiliser la ressource et de diminuer la consommation en eau dans un conditions définies comme économiquement raisonnables et dans un contexte écologiquement faisable.

Nous nous engageons par ailleurs à développer des actions qui visent à préserver la qualité de l'eau. Le premier point sera l'utilisation du cahier d'enregistrement de l'usage des phytosanitaires.

Cahier Enregistrement des pratiques phyto.  


Quatre points sont mentionnés dans la charte :

" Développer des actions qui visent à préserver la qualité de l'eau" :

- En maintenant la qualité de la ressource en eau par une amélioration des pratiques de désherbage, de lutte contre les maladies et de fertilisation

- En poursuivant les efforts de réduction d'utilisation, de sélection des produits phytosanitaires, de mise en place de solutions alternatives et de sensibilisation des gestionnaires, pour réduire leur impact environnemental.

- En s'engageant à réaliser un état des lieux des pratiques et quantités apportées en matière d'intrants dès 2006 sur les golfs du territoire français.

- En encourageant l'utilisation d'un cahier d'enregistrement de l'usage des phytosanitaires tel qu'inséré en annexe 2. "

Cette fiche est indicative. Dans le cas où votre cahier d'enregistrement est basé sur des fiches individuelles d'application, vous n'avez qu'à renseigner les éléments manquants.

Coordonnées complètes du golf

Surfaces des différentes zones

Date du traitement

Conditions climatiques d'application : il faut informer les conditions au moment de l'application. Il serait intéressant de renseigner l'hygrométrie de l'air en début de traitement. Il sera important de mentionner si les conditions météorologiques changent notablement durant le traitement,

Localisation de la surface traitée :
- Green, départs, fairways, roughs, practice, jeune semis.
- Plantations fleurs.
- Végétation ligneuse.
- Surfaces nues Allées chemins.
- Autres : Précisez.

Il faut préciser les surfaces concernées par le traitement : veillez à respecter l'usage qui concerne la culture cible. Vous pouvez voue référer à l'ACTA ou bien sur Internet sur le site du Ministère de l'Agriculture http://e-phy.agriculture.gouv.fr/
Les toitures sont considérées comme des surfaces nues.

Surface Traitée en Ha :
C'est la surface totale traitée.

Organisme(s) nuisible(s) visé(s) :
Vous devez précisez quelle maladie cryptogamique, quels adventices, quels insectes ou autres organismes est (sont) la cible du traitement.

Facteur déclenchant :
Il s'agit de préciser si le traitement est préventif, curatif ou antigerminatif.

Nom commercial du produit :
Il s'agit du nom commercial et non pas de(s) matière(s) active(s).

Dose d'application en Kg/Ha ou L/Ha :
C'est la dose d'application du produit commercial.

Volume de bouillie appliquée par hectare.

Type de matériel utilisé :
C'est le type de pulvérisateur utilisé : pulvérisateur à dos, autoporté, traîné, brumisateur, arrosoir etc.

Zone non traitée respectée (bord de plan d'eau, de fossé…) :
Cette rubrique concerne les zones proches des cours d'eau, plan d'eau, fossé, zones humides. Il est essentiel de respecter les zones tampon non traitées selon les préconisations écrites sur l'étiquette, sur la fiche de donnée de sécurité et en fonction de la végétation et de la configuration du terrain.
Selon les types de végétation présentent en bordures de ces zones il sera nécessaire d'augmenter la zone non traitée, voire de ne pas réaliser le traitement.

Autres méthodes utilisées ? (autre que chimique) :
Cela concerne les méthodes utilisant les biopesticides (bactéries, champignons, virus, nématodes et d'extraits de plantes), la lutte biologique (elle repose souvent sur une multitude d'actions et d'informations complexes et fines : méthode culturale) et la lutte physique (thermique, mécanique, pneumatique).

Délai avant ré-entrée des golfeurs :
C'est le délai qui existe entre l'application du traitement et la ré-entrée des golfeurs sur les zones traitées. La réalisation d'un traitement phytosanitaire doit faire l'objet d'au moins un affichage d'information au club house avec si nécessaire un délai de fermeture avant la réouverture au jeu pour les golfeurs.
Ce délai de ré-entrée sera, dans les années à venir mentionné sur l'étiquette des produits commerciaux.
Il est important d'intégrer cette notion dans les plannings d'application. Selon les produits qui sont appliqués.
Ce sujet va être étudié au sein la commission environnement de l'AGREF avec les responsables nationaux de la ZNA et des experts afin de proposer des solutions concrètes.

Commentaire sur l'efficacité observée :
Cette rubrique est importante car elle peut montrer la limite ou l'absence de moyen de contrôle économiquement raisonnable et écologiquement faisable. Il est important de noter donc sur ce cahier, comme un traitement, l'apparition d'un ennemi de la culture et la difficulté ou l'impossibilité de le contrôler.


Ce cahier est un document que la majorité des intendants de parcours remplissent déjà. Il suffit de le compléter avec les rubriques qui ne l'étaient pas. Ce document montre notre professionnalisme.

Il est nécessaire de développer des méthodes supplémentaires et alternatives pour s'orienter vers un lutte intégrée qui se défini comme " l'emploi judicieux et harmonieux de plusieurs moyens de lutte, biologiques, chimiques ou autres, pour abaisser les effectifs des ravageurs de telle façon que leurs dégâts soient supportables, en garantissant le respect des Abeilles et autres Insectes pollinisateurs et de tous les animaux utiles à l'économie de la nature. " HYPP Zoologie INRA.


Charte Mode Emploi Cahier Phytosan. Bilan Gestion Eau Liens Eau utiles
L'AGREF Services Publications Formation Salon Environnement
AGREF - Boite Postale 307 - 64208 - Biarritz Cedex - Tél. 05-59-52-86-52 - E-mail : agref.golf@wanadoo.fr